Oncologie

La dénutrition chez le patient atteint de cancer présente une prévalence très élevée, avec 15-40% des tumeurs associées à la dénutrition au moment du diagnostic et plus de 80% à un stade avancé de la maladie.

De nombreux facteurs dans le cancer altèrent l’état nutritionnel, du fait d’une réduction de l’ingestion d’aliments, d’une augmentation des besoins et d’une plus forte perte de nutriments.

La tumeur sécrète des substances qui augmentent l’inflammation et entraînent une perte d’appétit, parfois accompagnée d’une anorexie comme effet secondaire du traitement. La dysphagie est un autre symptôme fréquent selon la localisation de la tumeur (de la tête et du cou ou de l’œsophage), qui s’accompagne parfois d’une mucite dû au traitement, après la chirurgie de la tumeur, etc., pouvant contribuer à l’aggravation de l’état nutritionnel. Tous ces facteurs se traduisent généralement par une perte de poids importante et une dénutrition qui empire le pronostic de ces patients en réduisant leurs chances de survie et la réponse au traitement.

C’est pourquoi la nutrition est un pilier fondamental chez le patient en oncologie auquel il faut assurer un bon état nutritionnel en tant qu’aspect important de son traitement.

Le cancer s’accompagne d’hypercatabolisme et les besoins en calories et protéines augmentent.

Face à l’impossibilité de couvrir totalement ces besoins par l’alimentation, la supplémentation à base de formules hypercaloriques/hyperprotéiques est recommandée.

« Selon l’article 15 de la Loi de Garanties et d’Utilisation rationnelle des médicaments et des produits sanitaires, la présente information s’adresse aux professionnels de la santé qui exercent en Espagne et sont soumis à la législation espagnole ».
« ADVENTIA décline toute responsabilité face à l’utilisation illégale ou indue et en cas de manipulation des contenus et des informations de ce site. L’accès ainsi que l’utilisation de l’information et des contenus de ce site seront exclusivement sous la responsabilité de l’utilisateur ».